L’avenir de la DSI

Les directions informatiques sont les directions les plus « secouées » par le Digital. A tel point, que, pour certains, le Directeur des Systèmes d’Informations est lui-même menacé et son avenir oscille entre une disparition complète et son intégration dans les équipes achats en tant que spécialiste des ressources IT. La menace vient du développement des solutions du type Saas qui font que toute entité peut légitimement court-circuiter « l’informatique », et du déploiement des offres Cloud qui amputent la Direction de sa prérogative « Régalienne » de mise en place et d’exploitation des Systèmes.

La DSI est depuis longtemps confrontée à l’ambition des Directions métiers de prendre leur indépendance. Aujourd’hui, elle est d’autant plus forte que le « Digital » se présente comme une priorité stratégique pour la performance, voire la survie de l’entreprise, et qu’il existe une offre surabondante de services en mode Saas s’appuyant sur des solutions Cloud hyper compétitives. Les Directions se sentent donc aujourd’hui de plus en plus libres de choisir leurs applications et les services associés.


De l’autre côté, la DSI est concurrencée directement sur son métier « Régalien » par les opérateurs de Cloud public et privé. Là où, la mise à disposition d’une machine en interne, nécessitant sa commande, sa livraison, son installation et son paramétrage, peut prendre quelques jours voir des semaines, les fournisseurs proposent de mettre en ligne des ressources en quelques heures. Là où, l’investissement peut-être d’emblée significatif, les prestataires proposent une tarification proportionnelle à la charge parfaitement adaptée au démarrage d’un service ou à la réalisation de tests et de POC.


L’exploitation externe des systèmes informatiques a toujours existé que ce soit sous la forme initiale de « Service bureau » puis d’outsourcing. Aujourd’hui, le niveau de service, en termes de réactivité, de performance et de coûts, est très largement supérieur à celui qui a pu être offert auparavant. Alors la DSI est-elle, cette fois-ci, réellement « enterrée » ? Une fois les dernières réticences liées à la sécurité levées, abandonnera-t-elle définitivement son activité de Production ? Le Développement logiciel suivra-t-il la même voie ?


A titre personnel, je fais le pari qu’aussi vaste soit l’offre Cloud et Saas il sera toujours nécessaire de conserver la maitrise d’une partie de son SI, que le « One size fits all » des opérateurs ne sera pas compatible avec la différenciation des offres et des services indispensables à l’Entreprise. Que la cohabitation des systèmes devra être assurée par des équipes dédiées. Que les exigences du Big Data et sa connexion aux systèmes temps réel propres aux entreprises (IoT) imposeront là aussi des compétences pointues et spécifiques. Et que le volume, la confidentialité et la vitesse critique de traitement des données échangées imposeront une organisation et une exploitation spécifiques. Et pour finir que ces changements seront d’excellentes opportunités de se repositionner pour la DSI.


8 vues0 commentaire