Histoire de Transition : la Sortie du Confinement - Mai 2020

Dernière mise à jour : 6 avr. 2021




Bonjour Comment allez-vous ?


De notre côté très bien merci, même si nous sommes tous confinés, attentifs et vigilants. Et avant toute chose je souhaiterai avoir une pensée pour tout ceux qui sont touchés par cette épidémie de près ou de loin et leur dire que je suis de tout cœur avec eux


Un point sur la situation ?


Nous avons mené début avril une enquête auprès de nos clients et prospects on peut dire que l’entrée en confinement s’est plutôt bien passée, Il faut reconnaitre que ce qui s’est passé constitue un véritable exploit, en quelques jours, des millions de personnes ont pu travailler de chez eux dans de bonnes conditions et ceci alors que certaines entreprises n’avaient aucune expérience de télétravail. Il faut saluer l’effort considérables des DSI qui ont assuré le déploiement mais aussi la formation et le support des utilisateurs.

Je ne vais pas faire le bilan détaillé des secteurs mais en quelques mots le commerce été fortement touché, les services essentiels ( Télécom, la distribution de gaz, d’eau, les hôpitaux et les transports) ont continué à « tourner ». Certaines activités industrielles se sont maintenues notamment l’alimentaire et celles qui sont très fortement automatisées. Les Banque et les Assurance ont été très sollicités notamment avec la mise en place du PGE (Prêt Garanti par l’Etat)

Par contre toutes les activités nécessitant du génie civil ( ex : déploiement de fibre) et des travaux de construction ont été arrêtées.


Le digital s’est finalement imposé ?


Il est évident que beaucoup de chose ont pu se faire car des initiatives digitales avaient déjà été prises. Les entreprises qui avaient développés les outils permettant la mobilité, qui s’appuyaient sur des solutions cloud ou qui avaient largement déployé des solutions de dématérialisation ont pu continuer à travailler et offrir leurs services dans conditions quasi-nominales. Elles ont bien vu que les fonctions les plus automatisées étaient celles qui posaient le moins de problème la mise en œuvre du « Travail à Distance » a été une opération qui, par le nombre massif de personnes, la diversité des métiers concernés, le temps imparti de l’activité faite à domicile (100%) n’a rien à voir avec le « Télétravail » jusqu’alors pratiqué par les entreprises qui ne concernaient souvent qu’une partie du personnel, que certains métiers et pour une durée limitée à quelques jours par semaine.


Dans le contexte actuel de pandémie, si le travail à domicile est dans certains cas moins efficace car perturbé (espace familial partagé, garde d’enfants, préparation des repas, …), il est, dans d’autres, plus performant et plus réactif, les personnes confinées étant plus disponibles, travaillant, plus tôt, plus tard et donc plus longtemps. C’est pour ces raisons qu’il serait précipité de conclure quoique ce soit sur la généralisation du télétravail

De même il n’y a pas eu de report massif des ventes « physiques » sur le web, le contexte général est peu propice aux achats, mais il faut aussi reconnaitre qu’ily a eu des problèmes de logistiques notamment les circuits de livraisons et l’accès aux stocks des magasins fermés.

Il reste du chemin à parcourir


Les priorités pour les DSI après la Crise ?


C’est difficile de dire quand la crise sera derrière nous, chez Eneid-Transition nous avons identifié plusieurs phases et nous pensons celle qui commencera avec la sortie du confinement le 11 mai durera entre 9 et 18 mois où les entreprises fonctionneront selon des modalités compatibles avec la persistance de la pandémie au niveau mondial et qui seront adaptés au fil des événements et des réglementations locales.


Mise à part les sociétés dont l’activité est lourdement impactée (transport aérien, tourisme, …) les entreprises seront tentées de maintenir leur activité, voire de rattraper le retard perdu lors des premiers mois de confinement et mettre les « bouchées doubles ». La situation sera donc très délicate pour les entreprises qui seront sorties du confinement fragilisées

Le premier sujet et la priorité de chaque DSI concernera la fiabilité et la sécurité des systèmes et des données En effet, on peut imaginer que les clients seront encore plus regardant sur ces sujets là et qu’il pardonneront beaucoup moins la gestion et l’a peu-près dans ce domaine.

Il s’agira de rapatrier les activités faites à domicile et qui peuvent poser des problèmes de sécurité, de s’assurer que ces retours se feront dans les meilleures conditions sachant que certains postes n’auront pas été mis à jour depuis plusieurs semaines.

Il s’agira aussi de « scanner » les fournisseurs et de s’assurer qu’eux aussi offre les meilleures garanties dans leur domaine, il est clair que les acteurs historiques auront des atouts incroyables

Il faudra sans doute adapter les systèmes aux règlements divers et variés qui seront appliqués à travers le monde ce ci pouvant devenir un véritable « casse-tête ». L’éventuelle utilisation des données personnelles pour le suivi et la gestion de la pandémie peut devenir un sujet critique

Il s’agira de continuer les projets de sécurité qui ont pour la plupart été maintenu voir accéléré pendant la période de confinement


Par ailleurs, il faudra être vigilant à toutes les nouveautés qui pourraient apparaitre comme solution miracle comme cela a été le cas de zoom qui a disparu aussi vite qu’il n’est apparu

La seconde préoccupation c’est le risque d’avoir un mode de fonctionnement en « Stop & Go » (périodes alternées de confinement et de déconfinement sur des régions différentes) les entreprises devrait s’y préparer en harmonisant le « Travail à Distance » et sur site

Il s’agit là aussi de revoir leur relation avec les fournisseurs en y intégrant des clauses de suspension de contrat.

C’est aussi de poursuivre de la digitalisation de l’entreprise comme on a vu le bilan de la période est mitigée, on d’un côté la mise en place du travail à distance qui a été une vraie réussite mais de l’autre on a identifié des process manuels problématiques qui on fait émerger des besoins évident de dématérialisation et on a vu un canal web et une logistique défaillante Il s’agira pour l’IT d’accompagner l’entreprise dans la transformation et l’adaptation de la commercialisation et l’ensemble de la supply chain qui elle-même preuve subir des changements brutaux


L’intérêt du management de transition pour redémarrer autrement ?


Il est évident qu’un Manager de Transition apporte les qualités absolument nécessaire à cette phase,

1 La compétence et l’expérience dans le domaine qui est le sien que ce soit l’IT, la sécurité des systèmes, la logistique

2 l’adaptation rapide, c’est le premier facteur clé, car si personne n’a jamais vécu une telle crise, les managers de Transition sont habitués à intervenir dans des contextes incertains et risqués, à prendre les mesures adaptées, d’ailleurs eux même ont un mode de vie incertain, je suis en mission aujourd’hui, qu’elle sera celle de demain. ils ont un regard neuf, un historique vierge , un agenda personnel claire et dénué de tout enjeu politique, les sujets sont traités de façon neutre et les décisions sont prises de la façon la plus objectives et par ailleurs,

3 Le deuxième facteur clé c’est l’orientation résolument « humaine » du Manager de Transition, c’est ce qu’on appelait peut-être avant la crise les « softskills », parce qu’il a conduit des projets, des directions ou des entreprises dans des moments critiques et incertains où il fallait continuer à mobiliser les hommes et les femmes, il sait le faire c’est sa seconde nature

En conclusion, qui ne peut être qu’une conclusion temporaire, car nous ne sommes pas maitre des événements et de l’état d’esprit qu’ils peuvent induire. Si nous restons vigilants et si nous ne rajoutons pas d’autres crises à cette crise nous pouvons imaginer un monde meilleur un monde digital mais rempli d’humanité



3 vues0 commentaire